n+1 Language Services

Le choix des mots

Dans une autre vie, j’étais photographe. L’été, j’allais souvent à des tournois de golf d’entreprise prendre en photo les participants en journée et en soirée. Il m’arrivait souvent d’en faire cinq ou six par semaine; les tournois s’enchaînaient de ville en ville, de club en club. Rien ne ressemble plus à un club de golf qu’un autre club de golf.

L’ambiance de ces tournois est généralement bon enfant, tout le monde est là pour s’amuser et, l’alcool aidant, les interactions sont souvent très décontractées.

Nous étions au milieu de l’été, la saison battait son plein, j’avais déjà une vingtaine de tournois à mon actif et la semaine était particulièrement occupée. C’était mon quatrième tournoi en autant de jours.

J’étais sur le pilote automatique, le tournoi d’une entreprise, d’une association, d’un club sportif, tout ça se passe toujours un peu de la même manière : on se promène sur le parcours, on trouve un quatuor de golfeurs, on les fait poser, à trois tout le monde crie sexe; « 1, 2, 3 SEEEEXE! » Clic, clac, au suivant. On peut bien sûr utiliser un autre mot, mais dans le contexte, une allusion sexuelle est ce qui fonctionne le mieux. Tout le monde sourit l’image est réussie, elle se vendra bien.

Ce jour-là rien! Un groupe, deux groupes, trois groupes, ça ne fonctionne pas; pas un sourire, rien! Je finis donc par changer de stratégie et je me contente de leur demander un sourire au compte de trois, jusqu’au moment ou à trois, un des participant crie « JÉSUS! » et là, soudainement, ça me revient : c’est le tournoi de golf d’un institut de théologie. Tout le monde est prêtre ou en voie de le devenir. La soirée de vente fut longue…

Tout ça pour vous parler de l’importance de connaître son public, ainsi que les conditions dans lesquelles le message sera transmis.

En traduction, c’est pareil, plus vous donnez d’information à votre traducteur, plus il sera en mesure d’adapter le style et le vocabulaire au type de message que vous voulez faire passer. Votre texte sera-t-il lu à voix haute ou imprimé? Quel en sera le public cible? Le traducteur devra tenir compte de tous ces paramètres pour livrer le meilleur travail possible. Vous entendrez souvent un traducteur demander le contexte d’un mot ou d’une phrase pour pouvoir la traduire correctement, mais il ne faut oublier le contexte du message en son entier et la manière dont ce dernier sera transmis.

Il y a mille et une façon de traduire une phrase. La meilleure est celle qui plaira au client et à son public cible. N’hésitez jamais à donner plus de contexte à votre traducteur et n’oubliez pas qu’une traduction est un travail collaboratif entre vous, le client, et le traducteur. Après tout, nous ne sommes pas dans votre tête.

Leave a comment

n+1 © 2017. Tous droits réservés.