n+1 Language Services

Les demi-vacances

Je vous écris ça entre deux épisodes de turbulences pendant mon vol vers le Mexique. Dans quelques heures, je serai au chaud, les deux pieds dans le sable. Quel bonheur!

À moi la plage!

Je connais beaucoup d’entrepreneurs qui ne prennent jamais congé, que ce soit volontaire ou non. Ce n’est que tout récemment que j’ai commencé à décrocher. Jusqu’à l’an dernier, je prenais ce que j’appelais, pour rire, des demi-vacances.

En effet, quand on est traducteur ou qu’on a un boulot « transportable », on peut travailler de n’importe où! Ça, c’est un gros avantage.

Lors de mes trois derniers voyages en France, j’avais avisé mes clients de la situation. Ils étaient au courant du fait que j’avais six heures d’avance sur eux. Je leur ai aussi mentionné que j’allais réduire ma charge de travail de moitié et que j’allais être disponible entre 9 heures et 17 heures, comme d’habitude. 

Ça veut dire qu’avant 15 heures, je pouvais faire ce que je voulais sans crainte de manquer quoi que ce soit. Après, je vérifiais mes courriels de temps en temps, histoire de pouvoir répondre aux demandes à temps. 

J’avais donc la matinée et le début de l’après-midi pour visiter et profiter de mes vacances. Je commençais ensuite ma vraie journée de travail vers 17 heures, à temps pour l’apéro. Ce type d’horaire fonctionnait aussi très bien lorsque je suis allée en Crète.

Et lorsqu’il n’y a pas de décalage, on fait comment?

J’ai aussi pris des demi-vacances au Québec, plus particulièrement aux Îles de la Madeleine. Dans ce cas, je m’assurais de toujours avoir mon téléphone à portée de main pour consulter mes courriels et je n’acceptais que les mandats qui me permettaient de travailler en soirée.

Pendant mes trois semaines de vacances, j’ai pu profiter de mes journées, tout en faisant tourner mon entreprise malgré la distance.

Objectif : vacances complètes

Mon objectif était toutefois de réussir, un jour, à partir en vacances sans devoir travailler (vous savez, comme le vrai monde, là). Je peux maintenant dire que c’est réussi à 75 %. Comme nous n’avons pas d’employés pour le moment, nous devons quand même consulter régulièrement nos courriels, livrer les documents demandés et faire un peu de gestion de projet. Ça nous prend environ une trentaine de minutes par jour. Pas si mal, non?

Dans un prochain article, je vous révélerai tous mes secrets pour vous dissocier, peu à peu, de vos obligations durant vos vacances.

Leave a comment

n+1 © 2017. Tous droits réservés.