n+1 Language Services

Google est-il réellement votre meilleur ami quand il s’agit de trouver un traducteur?

On l’a tous fait; quand on a besoin de quelque chose et qu’on ne sait pas du tout où aller, Google devient rapidement notre meilleur ami. Il y a quelques semaines, mon conjoint et moi on voulait aller au restaurant pour une petite soirée en amoureux, histoire de raviver la flamme. Congé de chiens et congé de cuisine, la soirée s’annonçait plutôt relaxe. Bon, finalement, la journée a été assez épuisante et on est arrivé à la maison sans avoir eu le temps de trouver un restaurant. Qu’est-ce qu’on a fait? On a été voir sur Google! Pendant que je me préparais, mon conjoint a été faire une petite recherche. Il a tapé « Restaurant Saint-Lambert » et quelque 0,00356 secondes plus tard, il a obtenu pas moins de 18 résultats, allant de la brasserie française huppée au shack à patates du coin. Génial, non? Sauf qu’on était encore plus mélangé qu’avant…

Beaucoup de résultats et toujours rien dans notre assiette…

C’est un peu ça qui se produit quand on cherche un produit ou un service pour la première fois. Comment trouver un fournisseur de traduction, surtout qu’on est parfois mal placé pour juger de la qualité du travail (par exemple, lorsqu’on doit traduire des textes vers une langue qu’on ne maîtrise pas bien, voire pas du tout)? C’est ce qu’on va voir dans les prochaines lignes.

Des traductions à votre mesure

Tout d’abord, il convient de bien définir votre type d’entreprise. Êtes-vous travailleur ou travailleuse autonome? Travaillez-vous dans une PME? Êtes-vous responsable d’un service au sein d’une très grande entreprise? Votre entreprise est-elle en croissance?

La taille de l’entreprise est l’un des facteurs dont il faut tenir compte lors du choix de votre fournisseur de traduction. En effet, un travailleur autonome risque de ne pas avoir les mêmes besoins qu’une grande entreprise ou même une PME. Le volume ne sera pas le même, les exigences non plus. La quantité de suivis pour les projets de longue haleine peut changer, ce qui amène son lot de frais de gestion.

Prenons l’exemple d’une petite entreprise en croissance. Au départ, le volume de textes à traduire (donc le nombre de mots) risque d’être relativement petit. Les besoins seront aussi ponctuels. Toutefois, au fur et à mesure que l’entreprise s’agrandit, les besoins augmentent.

C’est quand même un beau problème, avouons-le! Quand on a le vent dans les voiles, c’est toujours bon signe. Il y a par contre un bémol : si on n’avait qu’un seul traducteur au départ, on se retrouvera avec un choix déchirant à faire. Votre traducteur préféré ne peut pas vraiment se multiplier; ses capacités ont une limite. Si la quantité de travail dépasse ce qu’une personne seule peut faire, il faudra en trouver un autre pour aider le premier à répondre à vos besoins grandissants et ainsi risquer d’avoir des problèmes d’uniformité dans la traduction. Serait-il, alors, préférable de changer de fournisseur et de faire affaire avec un cabinet? Quel dilemme!

Si vous avez de la difficulté à évaluer vos besoins, dites-vous qu’une personne seule ne peut humainement pas traduire plus que 10 000 mots par semaine (pour ceux qui se demandent de quoi ça a l’air, voici 10 000 mots de Lorem Ipsum pour vous donner une petite idée du volume). Si votre volume de textes à traduire est plus grand, dirigez-vous vers un cabinet, qui disposera de toute une équipe pour répondre à vos besoins.

Savoir de quoi on parle, c’est important

Il vous faudra également trouver un traducteur qui connaît bien votre domaine. En effet, chacun d’entre nous a sa spécialité. Dans mon cas, c’est la physique et l’ingénierie; dans le cas de nos collaborateurs, ça peut être le domaine juridique, le marketing, la pharmacologie, etc. À chacun son dada!

C’est aussi un élément dont vous devrez tenir compte lors de vos recherches. En effet, si vous fabriquez des accessoires équestres, votre fournisseur idéal devrait au moins connaître la terminologie associée à vos produits afin que votre public (c’est-à-dire vos acheteurs) puisse vous comprendre. Par contre, si vous êtes avocat ou notaire, il vaudrait mieux vous tourner vers un fournisseur qui dispose de ressources spécialisées en traduction juridique.

Dans le cas où votre entreprise a besoin de traduction dans plusieurs domaines, il est conseillé de faire appel à un cabinet, qui pourra confier les textes aux bons traducteurs.

Ça y est, vous avez trouvé un cabinet qui vous plaît

Bonne nouvelle, vous avez trouvé un fournisseur dont l’offre semble adaptée à vos besoins. Il ne vous reste plus qu’à voir si ça « clique » et s’il s’agit d’une entreprise avec laquelle vous avez réellement envie de faire affaire. Ça, c’est entièrement personnel et ça vous appartient.

Si vous n’avez toujours pas trouvé…

Nous sommes là pour vous aider à réussir. Nous voulons devenir le partenaire du succès des PME et des entreprises en pleine croissance. Pourquoi? Parce que nous sommes en mesure de répondre à leurs besoins dès le jour un et que la journée où le volume dépassera ce qu’une seule personne peut faire, nous serons toujours là.

Nous accompagnons les entreprises dans leur croissance, ce qui leur évite d’avoir à changer de fournisseur en raison de l’augmentation du volume. On évite ainsi les retours en arrière, l’insatisfaction et le manque d’uniformité.

Et puis, ce resto?

Pour la petite histoire, nous avons consulté quelques avis Google, puis nous avons jeté notre dévolu sur un restaurant qui, finalement, n’était pas si merveilleux que ça. Ce n’est pas grave, parce qu’en revenant, on s’est arrêté manger de la crème glacée à notre bar laitier favori. On a fini par manger notre glace framboise-mangue main dans la main sur le chemin du retour; on a tout de même passé un très beau moment. La crème glacée, ça guérit tous les maux, parole de gourmande.

Leave a comment

n+1 © 2017. Tous droits réservés.